Ode à la femme

https://letourdunombril.files.wordpress.com/2015/05/quelques_femmes_ganas.gif
(clique sur l'image pour voir la couverture en entier)



Titre : Quelques femmes
Auteur : Mihàlis Ganas
Édition : Quidam
Nombre de pages : 72 pages 
Parution : Mars 2015
ISBN : 9782915018820





Seize petits bijoux à la gloire des femmes, seize petites scènes d'une brièveté parfois extrême et d'une densité identique. Elles sont menées avec un art du récit, de la surprise perpétuelle, de la chute savoureuse, changeant subtilement de ton selon le caractère de l'héroïne, traversées d'éclairs d humour et de tendresse.

Je tiens à remercier Babelio et les éditions Quidam pour m'avoir envoyé ce livre dans le cadre de l'opération Masse Critique. D'ailleurs, avant de parler du récit en lui-même, j'aimerais dire deux-trois mots sur l'ouvrage, sur l'objet livre. Je trouve la couverture absolument magnifique et en parfaite adéquation avec le texte qu'il contient. De plus, le livre est très agréable à avoir en main et je trouve pour ma part que la mise en page du texte est très réussie.

Maintenant, venons-en à l’œuvre et à son auteur. Je ne connaissais absolument pas Mihàlis Ganas avant de découvrir cet ouvrage mais grâce à la postface du traducteur, j'ai appris qu'il est avant tout un poète et non un romancier. Et autant vous dire que cela se ressent énormément dans ses textes !

Ce recueil est composé de seize portraits de femmes de tout âge, de tout milieu, qu'elles soient heureuses, malheureuses, attendries, sensuelles. Comme une photo, ou plutôt comme un tableau, l'auteur nous dépeint un moment précis de leur vie. Il les fait vivre à travers quelques lignes d'une grande expressivité.

Ce sont les yeux d'un homme sur l'être qu'est la femme, qu'il s'agisse de l'amie, de l'amante, de l'inconnue. Les portraits sont parfois très succincts mais la puissance des mots, la finesse des paroles font en sorte que cela soit amplement suffisant. Comme le dit Michel Volkovitch, Mihàlis Ganas détient « l'art de faire tenir dans un espace réduit une matière immense ».

Je dois dire que j'ai surtout été touché par le troisième portrait intitulé « Assise devant son ordinateur ». Je ne saurais vous dire pourquoi mais la beauté de ce texte, la manière dont l'homme observe et décrit cette jeune femme qui au final pourrait être n'importe quelle working-girl, m'a vraiment plu. En fait, ce que j'aime dans ce recueil, c'est que l'on peut laisser libre court à notre imagination. Nous pouvons nous faire notre propre interprétation de chaque scène, de chaque situation.

Je pense sincèrement que c'est le genre d'ouvrage qui se lit à voix haute juste pour entendre la douceur des mots. Dommage que je ne parle pas ni ne lis le grec car cela doit être très beau à écouter dans sa langue natale !

Pauline, fondatrice de Mangeons les livres

Étudiante en Lettres/Communication/Cultures numériques, j'ai lancé ce blog en 2015 afin d'échanger avec vous sur mes lectures. Cela représente comme une sorte de compromis pour moi qui suis à la fois « geek » et rat de bibliothèque. Si vous souhaitez me contacter, vous pouvez m'envoyer un email à mangeonsleslivres@gmail.com, et/ou me rejoindre sur mes réseaux sociaux.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Instagram