Un personnage antipathique au possible

http://www.editionskero.com/sites/groupe/files/styles/ouvrage_434/public/couverture_ouvrages/couv_sh_contre-heure_01_hd.jpg?itok=FMMO1bhE
(clique sur l'image pour voir la couverture en entier)



Titre : La contre-heure
Auteur : Sébastien Hoët
Édition : Kero
Nombre de pages : 216 pages
Parution : Août 2015
ISBN : 9782366581508





« Au milieu de la classe, une petite coiffée d’un chou marron le fixait derrière un épais binocle en tremblant. Elle expectorait de temps en temps un nom grec ou latin quand Gilles posait des questions d’étymologie ou de mythologie, avec une parfaite exactitude, avant de retomber dans son mutisme frileux. Gilles aimait bien les grosses maghrébines blondes qui ne comprenaient rien, qui lui soutenaient que le mot « aléa » n’existe pas, qui lui parlaient de l’allégorie de la Caserne si ce n’est de la Taverne, mais témoignaient les unes aux autres une telle amitié généreuse, et une telle joie de vivre, qu’il en était ému. Elles le maternaient et le respectaient profondément. Il le leur rendait bien. Colmatant les brèches, les autres gamines menaient une vie végétative, hagarde. ». Gilles est professeur de philosophie dans un lycée. Il est séduisant, brillant, un brin iconoclaste, témoin halluciné de la médiocrité moderne. Ce jour de rentrée commence bien mal puisque Victoire, une élève de première, s’est défenestrée du troisième étage du lycée. Une nouvelle année de débâcle dans les couloirs de l’Éducation nationale ? Une jeune femme aux yeux verts y apparaît pourtant, qui pourrait changer le monde. D’une écriture claire et féroce, Sébastien Hoët réussit un premier roman à la forte personnalité, qui, avec intelligence et humour, n’épargne pas grand monde.

Tout d'abord, je tiens à remercier les éditions Kero ainsi que Babelio pour la réception de ce livre dans le cadre de la Masse Critique. J'étais vraiment ravie de découvrir cet ouvrage dans ma boite aux lettres !

Avant de vous parler de l'histoire, je vais m'arrêter brièvement sur l'objet livre en lui-même. Je le trouve vraiment magnifique. La couverture est très jolie, j'adore ce système de rabat à l'intérieur qui ajoute un plus au livre. Le papier est agréable au toucher (et en plus écologique !). Vraiment, il y a un très beau travail de mise en forme.

Ensuite, concernant l'histoire, je dois avouer que je suis assez mitigée. Autant l'écriture est sublime, avec de belles et longues phrases, avec un style parfois même très poétique ; autant je n'ai pas tant accroché que cela au sujet du récit. À vrai dire, je n'ai pas du tout adhéré au personnage de Gilles, ce professeur à la dérive, mécontent de tout. Je l'ai vraiment trouvé antipathique. Même s'il m'est arrivée d'être sensible à son mal-être et à ses doutes, cet anti-héros m'a plus souvent agacé qu'autre chose. Les personnages secondaires ne m'ont pas interpellé plus que ça non plus. La jolie Esther aurait pu avoir un meilleur rôle peut-être, mais ce n'est que mon avis.

Par contre, j'ai beaucoup aimé avoir le point de vue de Victoire grâce à ces quelques pages succinctes qui donnaient tant d'émotions ! Je m'attendais à ce que l'on parle de son cas plus souvent dans le roman, que sa mort ait plus d'impact, pourtant je trouve finalement que ces quelques pages suffisent pour parler d'elle. 

Le dernier point, très subjectif, que je voulais aborder avec vous, est le lieu du roman : Lille. Étant moi-même originaire de la région lilloise, j'ai reconnu des lieux, des rues, des noms, ce qui m'a permis de pouvoir bien situer l'histoire et son contexte. C'était vraiment plaisant !

En somme, c'est un bon livre, mais je pense que ce n'était peut-être pas la bonne période pour moi pour le lire. Peut-être devrais-je le relire plus tard, d'ici quelques mois, quelques années, quand moi-même je pourrais comprendre les incertitudes de cette vie.

Pauline, fondatrice de Mangeons les livres

Étudiante en Lettres/Communication/Cultures numériques, j'ai lancé ce blog en 2015 afin d'échanger avec vous sur mes lectures. Cela représente comme une sorte de compromis pour moi qui suis à la fois « geek » et rat de bibliothèque. Si vous souhaitez me contacter, vous pouvez m'envoyer un email à mangeonsleslivres@gmail.com, et/ou me rejoindre sur mes réseaux sociaux.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Instagram