« Tu en as mis un temps ! Tu t'es perdu ? J'étais blessé, pas perdu »

http://www.images-booknode.com/book_cover/745/half-bad,-tome-3---quete-noire-744581-250-400.jpg
©milan (clique sur l'image pour voir la couverture en entier)



Titre : Half Bad, quête noire
Auteur : Sally Green
Édition : Milan
Nombre de pages : 416 pages   
Parution : Mai 2016
ISBN : 9782745965820





Nathan Byrn court de nouveau. L'Alliance des Sorciers Libres a été presque détruite. Dispersé et démoralisé, constamment poursuivi par les Chasseurs du Conseil, seulement une nouvelle stratégie audacieuse peut sauver les rebelles de la défaite totale. Ils ont besoin de la moitié manquante de l'amulette de Gabriel - un artefact antique avec le pouvoir de rendre son porteur invincible dans la bataille. Mais le gardien de l'amulette - la recluse et prodigieusement puissante Sorcière Ledger - a son propre agenda. Pour gagner sa confiance, Nathan doit voyager jusqu'en Amérique et la persuader de lui donner l'amulette. Combiné avec ses propres Dons, l'amulette pourrait être juste assez puissante pour retourner la tendance pour l'Alliance et mettre fin à la guerre civile sanglante entre les Sorciers Noirs et Blancs une fois pour toutes..

Après de longs mois d'attente, j'ai enfin pu terminer cette merveilleuse trilogie. Et autant vous le dire tout de suite : je suis conquise.

Malheureusement, pour ne pas vous dévoiler l'intrigue (ou pire, la fin !), je ne vais pas m'attarder trop longtemps sur ce tome. Cela serait vraiment dommage de vous gâcher la lecture en vous donnant des informations clés ! Mais je vais essayer d'en dire suffisamment pour vous donner envie de vous plonger dans cette série.

Pour vous rappeler rapidement l'histoire, je vous renvoie à mon article sur le tome 2 ici et ne répéterait que ceci : Half Bad c'est l'histoire d'un jeune garçon, Nathan, né de l'union d'une sorcière blanche et d'un sorcier noir, ce qui jusqu'ici, était fortement prohibé. Cela fait de lui un semi code, un métisse, un être à la fois « bon » et « mauvais » ce qui bien évidemment de ne plait pas au conseil des sorciers blancs, qui se mettent alors à le pourchasser.

Si j'avais déjà été séduite par les premiers tomes, ce dernier n'a fait que confirmer mon attachement envers cette trilogie. Bien que le livre soit constitué en grande partie de dialogues, cela n'est pas dérangeant car cela nous met au cœur de l'action. On a l'impression de vivre les événements avec les personnages, de participer aux débats, aux attaques. Le style est fort, l'écriture rapide, pleine de tensions, tellement qu'on en reste presque crispé tout au long de la lecture. Ce n'est peut-être pas aussi bien écrit que d'autres séries à succès, mais il y a quelque chose de tellement fort dans cette trilogie que, une fois commencée, vous ne pouvez plus la lâcher. Vous êtes happés du début à la fin.

En parlant de fin, sans la dévoiler, je peux vous certifier qu'il s'agit d'une très belle fin, très poétique pour une trilogie qui ne l'était pas forcément au départ. Honnêtement, je me suis pris une vraie claque.  Je pense sincèrement que la fin de cette trilogie est la partie la plus puissante de tout le livre, voire de toute la série, car ce qui s'en dégage est particulièrement magnifique.

À noter que l'on retrouve aussi à nouveau de nombreuses réflexions sur le racisme, la peur de l'inconnu mais également, et principalement, sur la guerre, sur la dictature et son endoctrinement. Avec une grande question centrale : faut-il user des mêmes pratiques, c'est-à-dire tuer, pour mettre un terme à la terreur ? J'aimerais ici citer un passage qui m'a beaucoup marqué, une rencontre entre Nathan et une grande sorcière nommée Ledger, dont je vous retranscrit ci-dessous les quelques paroles qui m'ont touchées :

« La vérité n'existe pas, tout est question de perspective. »
« Vois-tu, ce que m'a appris ma longue, longue expérience, c'est que le vent finit toujours par tourner. Aucune situation, si terrible ou - hélas - agréable soit-elle, ne dure éternellement. Tout est éphémère. Même nous. »
« Pour triompher, le mal n'a besoin que de l'inaction des hommes de bien. »

Sur ce, je vous laisse méditer sur ces quelques mots, et je n'ajouterais qu'une seule et dernière chose : lancez-vous, cette série en vaut vraiment le détour !

Pauline, fondatrice de Mangeons les livres

Étudiante en Lettres/Communication/Cultures numériques, j'ai lancé ce blog en 2015 afin d'échanger avec vous sur mes lectures. Cela représente comme une sorte de compromis pour moi qui suis à la fois « geek » et rat de bibliothèque. Si vous souhaitez me contacter, vous pouvez m'envoyer un email à mangeonsleslivres@gmail.com, et/ou me rejoindre sur mes réseaux sociaux.

2 commentaires:

  1. Je ne connaissais pas cette série, mais ses sujets semblent totalement dans l'air du temps...

    RépondreSupprimer

Instagram