L'envers du décor, les désillusions du soir

http://www.theatre-contemporain.net/images/upload/thumbs/L255-H400/5900050406.jpg
©lessolitairesintempestifs (clique sur l'image pour voir la couverture en entier)



Titre : Music-hall
Auteur : Jean-Luc Lagarce
Édition : Les solitaires intempestifs
Nombre de pages : 64 pages
Parution : Juillet 2008
ISBN : 9782846810005





Comme tous les soirs, dans cette ville-là comme dans toutes les autres villes - vingt ou trente années ? trente années... -, la Fille jouera sa petite histoire, prendra des mines, habile à prendre des mines, fredonnera chansonnette et esquissera pas de danse. Comme tous les soirs, dans cette ville-là comme dans toutes les autres villes, racontant la journée terrible qui s'achève, récit des diverses humiliations et aléas divers. Comme tous les soirs, les deux boys, épuisés, fatigués, rêvant de s'enfuir, s'enfuyant, les deux boys feront mine, habiles à faire des mines, les deux boys l'accompagneront, tricheront avec elle, feront semblant.

J'avais déjà entendu parler de cet auteur sur le blog de MarcelPois, mais je n'ai pas réussi à retrouver le livre dont elle avait parlé dans l'un de ses articles (que vous pouvez retrouver ici d'ailleurs). Alors, un peu au hasard, j'ai pris le premier de ses ouvrages qui m'est tombé sous la main à la bibliothèque.

Je ne lis que très rarement de pièces de théâtre, pourtant je dois admettre que j'accroche plutôt bien à ce genre. D'autant plus lorsqu'elles sont aussi bien écrites que celle-ci. Même si l'histoire en soi n'est peut-être pas des plus intéressantes, l'écriture de Jean-Luc Lagarce rend la lecture vraiment agréable. La poésie de ses textes, les jeux de mots, les répétitions, le choix des expressions, tout est très bien ajusté. Il en ressort une vraie musicalité qui devait rendre vraiment bien lorsque la pièce était jouée sur scène.

En ce qui concerne l'histoire, comme je l'expliquais plus haut, il n'y a pas de réels rebondissements, rien de particulier qui s'y passe. Il y a juste trois personnages, sans noms, qui reviennent sur leur pièce, sur leur arrivée sur scène, sur leur présence au sein de ce trio. Il y a de nombreux questionnements qui remettent en question le théâtre, le succès, l'importance des divers accessoires et costumes, jusqu'à l'histoire même de cette pièce et sa véritable formation. 

Plus on avance, plus l'histoire en devient dérisoire et légèrement grotesque. On en vient à se demander si tout ce qui est dit a vraiment eu lieu,  si ces personnages ont vraiment rencontré le succès un jour. Pourtant, ils continuent et c'est probablement une façon de montrer la nécessité, ce besoin qu'ont les artistes de monter sur scène pour vivre leur passion, voire pour vivre tout simplement. Bien qu'assez mélancolique parfois, il reste une touche d'espoir, de rêve qui motive ces trois acteurs à jouer cette pièce et nous à la lire.

Pauline, fondatrice de Mangeons les livres

Étudiante en Lettres/Communication/Cultures numériques, j'ai lancé ce blog en 2015 afin d'échanger avec vous sur mes lectures. Cela représente comme une sorte de compromis pour moi qui suis à la fois « geek » et rat de bibliothèque. Si vous souhaitez me contacter, vous pouvez m'envoyer un email à mangeonsleslivres@gmail.com, et/ou me rejoindre sur mes réseaux sociaux.

2 commentaires:

  1. Je suis contente d'avoir participer à ta découverte de Jean-Luc Lagarce. Ça me plairait beaucoup de continuer à lire ce dramaturge, notamment avec cette pièce-ci. Le thème est intriguant :)
    Dommage que tu n'aies pas trouvé Juste la fin du monde, l'écriture est vraiment superbe et l'histoire n'est pas laissé de côté, tout est très beau, enfin ce n'est que mon avis haha !
    J'ai hâte de découvrir son adaptation ciné maintenant ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vais essayer de le trouver ailleurs, ma bibliothèque fait partie d'un réseau et je peux donc réserver des livres dans d'autres bibliothèques des alentours, avec un peu de chance je trouverais Juste la fin du monde dans l'une d'entre elles! :)

      Supprimer

Instagram