Du XVIIIème au XXème siècle : sept générations face à la cruauté des hommes

http://www.images.hachette-livre.fr/media/imgArticle/CALMANNLEVY/2017/9782702159637-001-T.jpeg
©calmannlevy (cliquez sur l'image pour voir la couverture en entier)


 Titre : No Home
Auteur : Yaa Gyasi
Édition : Calmann-Lévy
Nombre de pages : 450 pages
Parution :  Janvier 2017
ISBN : 9782702159637





XVIIIe siècle, au plus fort de la traite des esclaves. Effia et Esi naissent de la même mère, dans deux villages rivaux du Ghana. La sublime Effi a est mariée de force à un Anglais, le capitaine du Fort de Cape Coast. Leur chambre surplombe les cachots où sont enfermés les captifs qui deviendront esclaves une fois l’océan traversé. Effi a ignore que sa soeur Esi y est emprisonnée, avant d’être expédiée en Amérique où des champs de coton jusqu’à Harlem, ses enfants et petits- enfants seront inlassablement jugés pour la couleur de leur peau. La descendance d’Effia, métissée et éduquée, connaît une autre forme de souffrance : perpétuer sur place le commerce triangulaire familial puis survivre dans un pays meurtri pour des générations. Navigant brillamment entre Afrique et Amérique, Yaa Gyasi écrit le destin d’une famille à l’arbre généalogique brisé par la cruauté des hommes. Un voyage dans le temps inoubliable.

Pour un premier roman, Yaa Gyasi met la barre très haute en signant un récit d'une puissance incroyable. On frôle de très près le coup de cœur !
 
Dans ce roman, chaque chapitre nous donne un fragment de l'histoire d'un descendant d'Effia et Esi au fil des siècles. Nous voyageons de génération en génération, de l'Afrique aux États-Unis, avec toujours cette même appréhension. Qu'il s'agisse de la lignée restée en Afrique qui subit les guerres entre tribus, la colonisation ou encore la traite négrière, ou de celle envoyée de force en Amérique où règne l'esclavage et plus tard la ségrégation, aucune d'entre elles n'est épargnée. La douleur, la souffrance, la haine, le combat sont des notions très fortes que l'on retrouve dans chaque histoire.

Quand il était jeune, son père lui avait dit que les Noirs n'aimaient pas l'eau parce qu'ils avaient été transportés dans des bateaux négriers. Comment un homme noir aurait-il eu envie de nager ? Le fond de l'océan était déjà jonché d'hommes noirs. 

Mais il y a également l'espoir, l'amour et le courage qui tentent de se faire une place dans ce roman. Car il est vrai que même si cette famille semble maudite de bien des façons, ils ont tous essayé de garder la tête haute, de trouver une solution (bonne ou non), quitte à devoir faire quelques sacrifices

Tu veux savoir ce qu'est la faiblesse ? C'est de traiter quelqu'un comme s'il t'appartenait. La force est de savoir qu'il n'appartient qu'à lui-même.

Nous faisons donc face à une multitudes d'émotions témoignant de l'histoire poignante de chaque personnage en quête d'identité, quelle soit personnelle, sociale ou géographique.

Le plus difficile à admettre une fois que l'on referme ce livre, c'est que tous ces événements ont vraiment eu lieu. Bien évidemment, les personnages et leurs histoires sont fictifs, mais les situations dans lesquelles ils ont évolué ont véritablement existé. C'est un roman qui témoigne d'une réalité difficile, pour ne pas dire inhumaine, et qui malheureusement, rappelons-le, est toujours présente de nos jours.

Encore un grand merci aux éditions Calmann-Lévy pour ce roman !

Pauline, fondatrice de Mangeons les livres

Étudiante en Lettres/Communication/Cultures numériques, j'ai lancé ce blog en 2015 afin d'échanger avec vous sur mes lectures. Cela représente comme une sorte de compromis pour moi qui suis à la fois « geek » et rat de bibliothèque. Si vous souhaitez me contacter, vous pouvez m'envoyer un email à mangeonsleslivres@gmail.com, et/ou me rejoindre sur mes réseaux sociaux.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Instagram