La force de la gravité

http://static.fnac-static.com/multimedia/Images/FR/NR/ba/1c/82/8527034/1507-1/tsp20170410201851/La-vie-etoilee-d-Ethan-Forsythe.jpg
©Autrement (cliquez sur l'image pour voir la couverture en entier)



Titre : La vie étoilée d'Ethan Forsythe
Auteur : Antonia Hayes
Édition : Autrement
Nombre de pages : 496 pages
Parution : Mars 2017
ISBN : 97827466743335




« Les secrets sont comme les cicatrices : quoi qu'on fasse pour les camoufler, ils ne disparaissent jamais complètement. ». Du haut de ses douze ans, Ethan Forsythe est un garçon pas comme les autres : il vit la tête dans les étoiles, rêve d'Einstein et de supernovas. Ethan ignore tout de son père, jusqu'au jour où il tombe sur une étrange lettre... Quel secret sa mère garde-t-elle enfoui ? Les meilleurs des parents peuvent parfois commettre l'irréparable. Dans la lignée du Bizarre Incident du chien pendant la nuit et de Nos étoiles contraires, ce premier roman australien aborde avec sensibilité la complexité des rapports familiaux et la force du pardon. Derrière une douce fantaisie se dévoile une vérité plus grave, magistralement mise en scène.


J'ai eu une grosse panne de lecture ces dernières semaines, entre les partiels, mon stage, mes candidatures en masters pour septembre prochain, je n'arrivais plus à me poser pour lire. J'ai donc laissé traîner ce livre sur ma table de chevet un long moment mais avec les beaux jours qui sont de retour, mon envie de lire est revenue également ! Résultat : après avoir peiné à lire les 150 premières pages de ce livre au début du mois, j'ai lu les 350 autres en moins d'une journée !

Si je devais résumer ce livre en quelques mots, je dirais que c'est un roman bouleversant. Ne vous fiez pas au résumé qui le compare à Nos étoiles contraires, car l'histoire n'a rien à voir avec ce roman de John Green. Les deux histoires sont vraiment touchantes, mais pour moi elles ne sont pas comparables. Dans ce roman, on suit la vie d'Ethan, un jeune pré-adolescent de douze ans, qui pour des raisons plus ou moins particulières, voit les ondes qui l'entourent. Pour ce passionné de physique, d'Einstein et de Stephen Hawking, c'est un don du ciel ! Pourtant, à mesure que l'on découvre son histoire, celle de son enfance, de ses parents, ce « don » nous apparaît de plus en plus suspect...

Mais les secrets sont semblables à des cicatrices : ils s'estompent et deviennent moins rugueux, cependant, quoi que vous fassiez pour les camoufler, ils ne disparaissent jamais complètement. Les lésions persistent. Sa cicatrice était toujours là, les secrets également.

Je dois dire que j'ai vraiment été touchée par le personnage d'Ethan. C'est un enfant très intelligent et doté d'une imagination débordante, auquel on ne peut pas être insensible. Mais j'ai également été très émue par le personnage de Claire, la maman, qui a dû abandonner tous ses plus grands rêves pour son fils. Elle a tout donné pour lui, contrairement à Mark, le papa, qui a déserté peu de temps après la naissance du garçon. Si on est voué à le détester au départ, je ne suis pas sûre que ça soit le cas à la fin. Il a fait d'énormes erreurs, et pourtant je n'ai pas pu m'empêcher d'avoir de la peine pour lui...

Tout s'éclairait à présent. Des expressions telles que « la gravité de la situation » prenaient leur sens. Ethan comprenait pourquoi, quand les choses étaient compliquées, on disait qu'elles étaient lourdes à porter ou pesantes. 

C'est un roman qui traite d'un thème assez difficile (que je ne peux pas mentionner sans vous spoiler !), qui malheureusement a touché beaucoup de famille, et Antonia Hayes nous le transcrit avec une telle délicatesse que l'on ne peut pas s'empêcher d'être ému. Même à travers tous les passages liés à la physique dont le vocabulaire était parfois un peu difficile à comprendre, on retrouve une grande tendresse qui, je dois l'admettre, m'a donné les larmes aux yeux plus d'une fois (notamment la dernière page du roman !). Grâce à cette histoire, j'ai vraiment été transportée parmi l'espace et les étoiles.

Et puis finalement, n'oublions pas le lieu : Sydney ! Alors non seulement l'histoire est très touchante, mais en plus si elle me permet de me renvoyer cinq ans en arrière lors de mon séjour linguistique en Australie, je ne peux qu'adhérer à ce roman. Merci aux éditions Autrement pour l'envoi de cet ouvrage !

Pauline, fondatrice de Mangeons les livres

Étudiante en Lettres/Communication/Cultures numériques, j'ai lancé ce blog en 2015 afin d'échanger avec vous sur mes lectures. Cela représente comme une sorte de compromis pour moi qui suis à la fois « geek » et rat de bibliothèque. Si vous souhaitez me contacter, vous pouvez m'envoyer un email à mangeonsleslivres@gmail.com, et/ou me rejoindre sur mes réseaux sociaux.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Instagram