Des héroïnes à couper le souffle

http://static.fnac-static.com/multimedia/Images/FR/NR/68/0b/82/8522600/1507-1/tsp20170322155041/Mes-heroines-des-femmes-qui-s-engagent.jpg
©Favre (cliquez sur l'image pour voir la couverture en entier)


 Titre : Mes héroïnes, des femmes qui s'engagent
Auteur : Manon Schick
Édition : Favre
Nombre de pages : 136 pages
Parution : Mars 2017
ISBN : 9782828916107



Le résumé de l'éditeur :

Manon Schick retrace, au travers de portraits poignants, le parcours de militantes inconnues mais non moins importantes, chacune ayant fait face aux dangers et difficultés de son pays respectif. Ces femmes ont eu la force remarquable de se rebeller contre l’injustice qu’elles et de bien trop nombreuses autres femmes et jeunes filles subissent partout dans le monde. Elles sont des anonymes courageuses, imparfaites mais humaines, qui rendent le monde meilleur et méritent un hommage pour leur engagement dans une cause sociétale actuelle majeure. Elles sont devenues actrices du changement, héroïnes des droits humains. Le combat pour le respect de nos droits est le même partout dans le monde, qu’il soit mené par des hommes ou femmes venus de tous horizons. Ce livre fait le portrait inspirant de femmes fortes et engagées venant de tous les continents et dont l’action nous concerne toutes et tous, plus ou moins directement. Car à l’ère de la globalisation et des grands flux migratoires, ce qui se passe dans un pays peut à terme résonner dans de nombreux autres.

Mon avis :

Dans cet ouvrage, Manon Schick, journaliste lausannoise et directrice générale d'Amnesty International Suisse, nous dresse le portrait de onze femmes. Onze femmes absolument remarquables qui luttent contre la violence et les agressions sexuelles, contre les discriminations, les féminicides, ou encore l'homophobie. Onze femmes qui militent pour le respect de leurs droits.

De la Colombie, à l'Irak, en passant par le Mexique, le Congo, l'Ouganda, la Turquie, la Syrie, l'Éthiopie, la Tunisie, la Turquie, ou encore l'Iran, ce livre nous montre qu'il existe encore tant de pays où les femmes sont encore bien trop sous-estimées, à peine considérées. Des pays où les femmes sont traquées, enfermées, violentées. Des pays où les femmes ne peuvent faire confiance à personne, pas même aux autorités, encore moins au gouvernement.

Au Mexique, rares sont les personnes à faire encore confiance à la police, qui traîne derrière elle une réputation de violence et de corruption. Et à Ciudad Juarez encore moins, puisque des policiers ont sans doute été complices de ces meurtres ou ont en tous les cas fermé les yeux, par peur des représailles ou grâce à des pots-de-vin. Drôle de pays où il faut se méfier des personnes censées nous protéger.

Mais ce n'est pas ce que j'ai envie de retenir de ce livre. Ce que j'ai envie de retenir, c'est ces parcours incroyables, cette foi et cette motivation à toute épreuve, cet engagement au péril de leurs vies. Ce sont des femmes qui méritent largement le terme d'héroïnes de part leur courage et leur détermination. 

Je ne pourrais pas dire quelle histoire m'a le plus touché, car elles m'ont toutes secouées. Mais celle qui m'a peut-être le plus frappée est l'histoire d'Amal Nasr, une militante syrienne forcée à l'exil, car elle m'a rappelé ma rencontre avec un syrien pendant mon séjour Erasmus. Cet homme a presque pleuré devant moi car je lui faisais penser à sa fille qu'il n'a pas vue depuis des années. Une partie de sa famille est encore coincée au Liban, sa femme, ses enfants, car ils n'ont pas pu le suivre jusqu'en Croatie. Je ne suis pas prête d'oublier un tel témoignage tant il était frappant par sa triste réalité. Tout comme cet ouvrage. 

Ce livre, c'est la vie de ces femmes. C'est leur combat à notre époque. Alors que je suis en train de vous écrire cet article, ces femmes continuent à se battre jour et nuit pour un monde meilleur, et rien que pour cela, elles ont mon plus profond respect. Et elles me motivent aussi, elles nous motivent et nous donnent envie à notre tour de s'engager. Ce qui est tout à fait possible, même à notre échelle. Car comme le dit si bien Eleanor Roosevelt :

Où commencent les droits universel après tout ? Ils commencent près de chez soi, en des lieux si proches et si petits qu'on ne peut les voir sur aucune carte du monde. Ils constituent pourtant l'univers personnel de chacun : le quartier où l'on vit, l'école ou l'université que l'on fréquente, l'usine, la ferme ou le bureau où l'on travaille. C'est là que chaque homme, chaque femme et chaque enfant aspire à l'équité dans la justice, l'égalité des opportunités et la même dignité sans discrimination.

Un livre à lire, à relire et encore relire. À mettre entre toutes les mains. Un grand merci à Babelio et aux éditions Favre pour cette incroyable découverte.

Pauline, fondatrice de Mangeons les livres

Étudiante en Lettres/Communication/Cultures numériques, j'ai lancé ce blog en 2015 afin d'échanger avec vous sur mes lectures. Cela représente comme une sorte de compromis pour moi qui suis à la fois « geek » et rat de bibliothèque. Si vous souhaitez me contacter, vous pouvez m'envoyer un email à mangeonsleslivres@gmail.com, et/ou me rejoindre sur mes réseaux sociaux.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Instagram