Un sans-abris retourne la pyramide de Maslow

https://images-na.ssl-images-amazon.com/images/I/81ngxSG2IWL.jpg
©École des loisirs
(cliquez sur l'image pour voir la couverture en entier)


Titre : La pyramide des 
besoins humains
Auteur : Caroline Solé
Édition : École des loisirs
Nombre de pages :  pages
Parution : Mai 2015
ISBN : 9782211221979




 Le résumé de l'éditeur :

L’ensemble des besoins des êtres humains peut être classé en cinq catégories. Aujourd’hui, cette théorie est le principe d’un nouveau jeu de télé-réalité : La pyramide des besoins humains. Nous sommes 15 000 candidats, et dans cinq semaines il n’en restera plus qu’un. Et moi dans tout ça ? Disons que je m’appelle Christopher Scott. Disons que j’ai dix-huit ans. Que j’habite sur un morceau de carton, dans la rue, à Londres. Enfin, peu importe mon nom, peu importe mon âge. Je suis le candidat no 12778. Je n’existe pas encore. Mais je risque fort de devenir quelqu’un, et même quelqu’un de célèbre. Et c’est bien ça le pire.

Mon avis :

À l'occasion du salon du livre Colères du présent en mai dernier, j'ai eu l'opportunité de lire ce premier roman de Caroline Solé.

Dans cet ouvrage, on découvre le personnage de Christopher, un jeune adolescent de 15 ans qui a fugué loin de son domicile, pour finir sans-abris dans les rues froides et humides de Londres. À partir de là, on découvre un peu son quotidien, les personnes qu'il rencontre et qui vont plus ou moins l'aider à survivre dans les rues de la capitale. On en apprend aussi davantage sur son histoire, son passé, sa famille, ce qui nous permet de comprendre les raisons de sa fugue. Mais outre de montrer les difficultés de ce monde précaire, un événement va changer le cours de l'histoire de Christopher. En effet, alors qu'il se réfugie dans une boutique d'informatique pour échapper à la pluie, il découvre la nouvelle émission phare, une télé-réalité basée sur la pyramide des besoins de Maslow. Pour ceux qui ne connaissent pas cette théorie de la motivation du psychologue américain, en voici le schéma :




L'idée de cette télé-réalité est donc de proposer à chaque candidat, par le biais d'un site et des réseaux-sociaux, de montrer comment ils parviennent à remplir toutes ces conditions. Au départ, il y a 15 000 candidats, mais seul 1 500 franchiront le premier palier grâce aux soutiens du public. Et ainsi de suite, jusqu'à ce qu'il ne reste qu'un candidat en haut de la pyramide.

À travers ce roman, on découvre donc deux mondes que tout semble opposer. L'univers de la rue est plutôt bien retranscrit, percutant. On imagine assez bien les situations, mais sans jamais vraiment tomber dans le pathos. Parce que Christopher ne semble pas vraiment triste, plutôt révolté et c'est ainsi qu'il va descendre cette hiérarchie en prouvant que ces paliers ne reflètent pas forcément les besoins de tous. On retrouve aussi une certaine critique de la sur-médiatisation de notre société, de ce monde superficiel et voyeur, accentuée par l'essor des réseaux sociaux. Et sans que l'on s'y attende vraiment au départ, Christopher réussit à relier ces deux mondes et à montrer les défauts dans chacun d'entre eux.

On partage le trottoir, mais un fossé nous sépare. Pourtant j’ai l’impression qu’on vit de la même façon. Ou plutôt, qu’on fuit la vie de la même façon.

Certains diront sans doute que cette histoire est irréaliste, qu'un adolescent de 15 ans ne peut pas se retrouver ainsi dans la rue sans avoir les flics sur son dos, sans que sa famille ne le recherche. Oui, probablement et je comprends tout à fait ce point de vue. Mais cela reste une œuvre de fiction et le message qui est délivré derrière cette histoire est selon moi suffisant pour me faire oublier ce détail.

Je voulais être le desperado, celui qui se barre à la tombée de la nuit sans dire au revoir, sans laisser de mot, et qui ne reviendra pas. Remplir la vie des autres de mon absence.

Un livre que je vous conseille donc, d'autant plus que j'ai eu la chance de rencontrer et interviewer l'auteur pendant le salon (si j'obtiens la vidéo de l'interview, je vous la posterais) et il s'agit d'une personne vraiment adorable. Elle a écrit un autre roman, La petite romancière, la star et l'assassin, qui est sorti en avril dernier chez Albin Michel et que je lirais sûrement à l'occasion.

Pauline, fondatrice de Mangeons les livres

Étudiante en Lettres/Communication/Cultures numériques, j'ai lancé ce blog en 2015 afin d'échanger avec vous sur mes lectures. Cela représente comme une sorte de compromis pour moi qui suis à la fois « geek » et rat de bibliothèque. Si vous souhaitez me contacter, vous pouvez m'envoyer un email à mangeonsleslivres@gmail.com, et/ou me rejoindre sur mes réseaux sociaux.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Instagram