Fin de la trilogie : ce que je pense de Miss Peregrine et les enfants particuliers

http://frisson.bayard-series.com/wp-content/uploads/sites/4/2014/05/Miss-Peregrine-couve-T21.jpg
©Bayard Jeunesse
(cliquez sur l'image pour voir la couverture en entier)


 Titre : Hollow City //
La bibliothèque des âmes
Auteur : Ransom Riggs
Édition : Bayard Jeunesse
Nombre de pages : 512 pages // 592 pages
Parution : Juin 2014 // Mai 2016
ISBN : 9782747044981 // 9782747061810



 

Mon avis sur le tome 2 et le tome 3 :

Dans cet article, pas de résumé de l'éditeur pour ne pas gâcher l'histoire à ceux qui n'auraient pas lu le tome 1. D'ailleurs si vous faites partie de ces personnes, je vous conseille d'aller voir mon premier article sur le tome 1 et son adaptation par Tim Burton en cliquant juste ici. Et de ce fait, au lieu de vous raconter ce qu'il se passe dans cette histoire, je vais plutôt vous parler de mon ressenti, vous dire pourquoi j'ai complétement adoré cette série.

Tout d'abord, j'aime son côté particulier. Eh oui, il faut le dire, cette trilogie porte bien son nom. Je n'ai pas lu énormément de romans fantastiques, je me base donc simplement sur mes connaissances et ma bibliothèque, et des livres avec un univers comme celui-ci, j'en avais encore jamais vu/lu. Je trouve l'imaginaire de Ransom Riggs vraiment très intéressant, toujours bien détaillé tout au long des chapitres mais jamais sans trop de fioritures, ce qui fait qu'on ne se perd pas dans les descriptions. Au contraire, on est totalement plongé dans le monde qui nous est décrit. Pour ma part, à la fin de cette trilogie, j'ai eu l'impression d'avoir vu un film de plusieurs heures, où se sont succédé des scènes incroyables avec des personnages tout aussi surprenants les uns que les autres. Bien sûr, certains pouvoirs ne sont pas renversants, mais l'auteur arrive toujours à donner une certaine teneur à chacun, une prestance qui fait que même s'ils ne sont pas si extraordinaires que cela, on ne les oublie pas.

L'auteur joue également très bien avec le cadre spatio-temporel où il mêle monde réel et fantastique. On traverse différentes époques de notre Histoire (la Seconde Guerre Mondiale ou l'époque Victorienne par exemple) mais sous un autre angle. On redécouvre des lieux et des monuments à travers l'histoire des particuliers, comme celle de la cathédrale Saint-Paul dont les pigeons qui l'habitent prennent de l'importance. On peut même discerner des parallèles avec la mythologie. C'est le cas par exemple avec le personnage de Sharon (que j'ai absolument adoré) que l'on découvre dans le tome 3 : il s'agit d'un grand homme dont on ne voit jamais le visage, caché par la capuche de sa longue cape, qui s'occupe de faire traverser la tamise à bord de sa barque contre une pièce d'or. Sans vous dévoiler trop l'histoire, c'est lui qui conduit nos protagonistes à l'Arpent du Diable (connu pour être un monde violent et sanguinaire, un véritable enfer qui se répète à l'infini). Ce passage n'est alors pas sans rappeler le Charon de la mythologie grecque qui avait pour rôle de faire passer sur sa barque, moyennant un péage, les ombres errantes des défunts à travers le Styx vers le séjour des morts*.

En ce qui concerne l'écriture, elle est assez vive et dynamique. On tourne les pages sans s'en rendre compte, l'auteur ne nous laisse jamais le temps de nous ennuyer. Les péripéties s'enchaînent vite mais cela est nécessaire et justifié : le rythme se veut précipité car les personnages sont dans la précipitation, ils doivent retrouver leurs amis, leurs ombrunes (les femmes qui les ont élevé et protégé) au plus vite avant que les Estres (leurs ennemis) détruisent leur monde. Il y a un vrai suspens, qui suit le modèle d'une enquête où il faut retrouver toutes les pièces du puzzle pour résoudre l'affaire. Si on a plutôt une sorte de quête initiatique dans le tome 2, le tome 3 se veut plus noir, plus angoissant, avec une certaine tension qui plane tout au long du roman. Quant au dénouement de l'histoire, je ne m'y attendais vraiment pas ! Il y a un retournement de situation que je n'avais vraiment pas vu venir mais qui m'a fait d'autant plus apprécier la série. Car quoi de mieux qu'un livre qui vous surprend jusqu'à la fin ?

Enfin, j'aimerais mentionner une dernière chose : il ne faut pas oublier l'objet livre en lui-même car il est vraiment superbe et bien documenté. Les photos apportent une plus-value aux ouvrages et nous permettent de nous plonger d'autant plus dans ce monde peuplés de particuliers. Je pourrais dire encore beaucoup de choses sur cette série, mais il me faudrait pour cela spoiler l'histoire et ce n'est pas le but de cet article. Alors je vous laisse ici, en espérant que mon avis vous ait donné envie de vous lancer dans cette saga !

Pauline, fondatrice de Mangeons les livres

Étudiante en Lettres et Communication digitale, j'ai lancé ce blog en 2015 afin d'échanger avec vous sur mes lectures, mais aussi pour garder une trace de toutes ces histoires qui me passent entre les mains. Si vous souhaitez me contacter, vous pouvez m'envoyer un email à mangeonsleslivres@gmail.com, et/ou me rejoindre sur mes réseaux sociaux.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Instagram