Vivre par et pour soi-même

https://images-na.ssl-images-amazon.com/images/I/81n0gq03vGL.jpg
©Eyrolles
(cliquez sur l'image pour voir la couverture en entier)
 

Titre : Dépêche-toi, ta vie
n'attend plus que toi
Auteur : Sandrine Catalan-Massé
Édition : Eyrolles
Nombre de pages : 240 pages
Parution : Mars 2018
ISBN : 9782212568165




Résumé de l'éditeur :

43 ans et toute une panoplie de vêtements, Stella vit dans un bel appartement de Montpellier où elle élève ses deux enfants de 16 et 17 ans. Ses journées s'écoulent entre ménage maniaque et shopping sur le Web, à attendre le retour de ses ados chéris et surtout celui de César, son psychiatre de mari qu'elle vénère plus que tout au monde. Seules ses consultations secrètes de psy online et les visites de Lucille sa meilleure amie ébouriffent son quotidien de recluse. Car Stella, affligée d'une agoraphobie et d'angoisses envahissantes ne met quasiment plus le pied hors de chez elle... Alors le jour où César se volatilise sans un mot d'explication mais avec sa carte de crédit, le monde si parfait de Stella s'écroule. Abandonnée par son mari, lâchée par ses ados et ignorée par sa meilleure amie, Stella va devoir se débrouiller seule, franchir son périmètre de sécurité et rattraper sa vie. Parviendra-t-elle à dépasser ses angoisses, sa peur de l'autre, à trouver un travail ? Une chose est sûre, le parcours sera semé d'embûches, mais aussi d'heureuses surprises et de belles rencontres.

Mon avis : 

Reçu début juin, ce livre m’intriguait beaucoup, surtout son titre à vrai dire. Ni une, ni deux, je me suis donc lancée dans cette lecture et j’en suis plutôt satisfaite. 

Au début, j’ai eu un peu de mal à rentrer dans l’histoire car Stella est agaçante. Elle colle parfaitement au stéréotype de la femme au foyer qui passe ses journées entre ménage et cuisine. Elle semble un peu fade, sans caractère. Puis arrive le départ de César, et là : c’est le déclic.

On découvre une toute nouvelle personne qui va apprendre à affronter ses peurs et se redécouvrir. Bien sûr, il y a un moment de flottement au début car elle ne sait pas comment réagir, puis petit à petit elle va réapprendre à vivre par elle-même, et surtout pour elle-même. Pourtant, cela ne va pas être facile. Stella a toujours eu ce qu'elle voulait en un claquement de doigts, et là elle repart de zéro. Je l'admire d'ailleurs pour ça car ce n'est pas donné à tout le monde de reprendre « en bas de l'échelle » quand on a vécu dans le luxe comme elle pendant si longtemps. J’ai aussi adoré son amitié avec Djamila. Elles viennent de deux milieux complètement différents, mais leur amitié prouve que l'on peut toujours apprendre des autres, peu importe ce qui nous sépare.

Ce que j’ai également apprécié dans ce livre, c’est qu’il montre qu’il n’y a pas de petites réussites. Par le biais de cette histoire, l'autrice semble nous dire que si tout semble impossible, perdu d’avance, si nous avons l’impression d’être dans une impasse, ce n’est pas le cas. Nous pouvons toujours nous en sortir. Mais pour cela, pas besoin de tout plaquer ou faire un saut dans le vide. Chaque avancée, aussi petite soit-elle, est une victoire. Enfin, en ce qui concerne l’écriture, elle est très fluide, on tourne les pages sans s’en rendre compte. 

Le seul bémol pour moi, c’est la fin. Lorsque j’ai terminé les dernières pages, j’ai fait la grimace. Je ne peux pas vous en dire plus car cela vous dévoilerait l’intrigue, mais César et leurs deux enfants ont fait quelque chose que j’ai trouvé très déplacé. Même si tout partait d’un bon sentiment, j’ai trouvé leur démarche très inappropriée voire méchante. D’autant plus quand on apprend d’où vient l’agoraphobie de Stella. Mais soit, la méthode est peu orthodoxe mais au final le résultat est là. Et c’est le principal.

Je remercie grandement les éditions Eyrolles ainsi que l'autrice pour ce livre !

Pauline, fondatrice de Mangeons les livres

Étudiante en Lettres et Communication digitale, j'ai lancé ce blog en 2015 afin d'échanger avec vous sur mes lectures, mais aussi pour garder une trace de toutes ces histoires qui me passent entre les mains. Si vous souhaitez me contacter, vous pouvez m'envoyer un email à mangeonsleslivres@gmail.com, et/ou me rejoindre sur mes réseaux sociaux.

2 commentaires:

  1. Malgré la fin en demie teinte, je note le titre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui il est plutôt sympa à lire, ce n'est pas un énorme coup de cœur, mais si tu recherches une lecture sympa pour l'été, il peut faire l'affaire :)

      Supprimer

Instagram