Un livre, un film, une histoire : voyage au coeur des engrenages de l'amour

http://fr.web.img5.acsta.net/pictures/13/12/03/10/19/524458.jpg
(clique sur l'image pour voir l'affiche du film en entier)


Titre : La Mécanique du Cœur
Bande annonce : clique ici 
Auteur : Mathias Malzieu
Édition : J'ai lu
Nombre de pages : 160 pages   
Parution : Avril 2009
ISBN : 9782290012451





Édimbourg, 1874. Jack naît le jour le plus froid du monde et son cœur en reste gelé. Mi-sorcière mi-chaman, la sage-femme qui aide à l'accouchement parvient à sauver le nourrisson en remplaçant le cœur défectueux par une horloge. Cette prothèse fonctionne et Jack vivra, à condition d'éviter toute charge émotionnelle : pas de colère donc, et surtout, surtout, pas d'état amoureux. Mais le regard de braise d'une petite chanteuse de rue mettra le cœur de fortune de notre héros à rude épreuve. Prêt à tout pour la retrouver, Jack se lance tel Don Quichotte dans une quête amoureuse qui le mènera des lochs écossais jusqu'aux arcades de Grenade et lui fera connaître les délices de l'amour comme sa cruauté. Conte désuéto-moderne mâtiné de western-spaghetti, La Mécanique du Cœur vibre d'une rugueuse force poétique où l'humour est toujours présent. Mathias Malzieu soumet aux grands enfants que nous sommes une réflexion très personnelle sur la passion amoureuse et le rejet de la différence, donnant naissance à un petit frère de Pinocchio qui aurait fait un tour chez les Freaks de Todd Browning.

Pour cette nouvelle édition de « Un livre, un film, une histoire », je me suis attaquée aux œuvres de Mathias Malzieu ! Connu pour être le chanteur du groupe Dionysos, ce dernier se trouve être aussi un bon écrivain et scénariste.

Pour rappeler très brièvement l'histoire, Jack, notre personnage principal, est un jeune garçon comme tous les autres, si ce n'est que c'est une horloge qui fait battre son cœur. En soi, cela ne change pas grand chose, à condition de bien respecter trois règles :

- Premièrement, ne touche pas à tes aiguilles.
- Deuxièmement, maîtrise ta colère.

- Troisièmement, ne te laisse jamais, au grand jamais, tomber amoureux. Car alors pour toujours à l'horloge de ton cœur la grande aiguille des heures transpercera ta peau, tes os imploseront, et la mécanique de ton cœur sera brisée de nouveau. 

Bien évidemment, si la première règle semble assez simple à suivre, ce n'est pas le cas de la deuxième, et encore moins de la troisième...

J'ai vraiment été transportée avec ce récit et cela ne m'était pas arrivé depuis un moment. L'histoire est très touchante. Mathias Malzieu a réussi à créer un véritable univers autour de cette grande métaphore de l'horloge. Je me suis beaucoup attachée à Jack, mais j'ai aussi adoré le personnage de Madeleine, cette femme médecin qui aime « bricoler le cœur des gens » (ce qui m'a beaucoup fait penser au merveilleux livre de Valérie Tong Cuong, L'atelier des miracles. L'histoire n'a rien à voir avec celle-ci, mais on y retrouve aussi un personnage qui répare les « âmes cassées »).

J'ai également beaucoup aimé les personnages secondaires, notamment Luna et Anna, ou encore la brève apparition de Jack l'éventreur, ou encore de Georges Méliés ! J'ai trouvé ça assez original de mixer fiction et réalité, cela rend l'histoire d'autant plus fantastique.

Si le langage est parfois très simple, voire familier, il arrive que certaines phrases soient si bien pensées, si bien écrites, qu'elles vous retournent complétement. Je pense que c'est ce qui m'a le plus touché dans ce roman : la véracité des paroles et sentiments de Jack.

Concernant le film qui a également été réalisé par Mathias Malzieu (et Stéphane Berla), je dois dire honnêtement qu'il est très agréable à regarder. Le choix d'en faire un film d'animation est bien pensé et les musiques apportent vraiment un côté envoûtant à l'histoire ce qui colle parfaitement à l'ambiance du livre.

Cependant, je conseillerais plutôt le livre pour plusieurs raisons. Le roman est déjà de base très court donc pour moi chaque détail à son importance. Seulement, comme vous le savez, lorsqu'un livre est adapté au cinéma, de nombreux détails passent à la trappe... ou changent complétement ! C'est le cas ici. J'ai bien aimé certains arrangements, par contre j'ai été un peu déçue de la fin. Même si elle permet de garder ce côté assez onirique de l'histoire, je trouve la fin du livre plus... concrète. Puis, dans le livre, les personnages et les événements sont plus travaillés, on ressent mieux les émotions de Jack, on se sent plus concerné. Le film est agréable à regarder, mais le livre nous fait réfléchir, voilà pour moi ce qui fait la différence.

Après, cela ne reste qu'un avis personnel, et quoi que vous choisissiez, je peux vous assurer que vous passerez un bon moment !

Pauline, fondatrice de Mangeons les livres

Étudiante en Lettres/Communication/Cultures numériques, j'ai lancé ce blog en 2015 afin d'échanger avec vous sur mes lectures. Cela représente comme une sorte de compromis pour moi qui suis à la fois « geek » et rat de bibliothèque. Si vous souhaitez me contacter, vous pouvez m'envoyer un email à mangeonsleslivres@gmail.com, et/ou me rejoindre sur mes réseaux sociaux.

4 commentaires:

  1. C'est vrai, je suis d'accord avec toi, le livre est plus profond que le film, c'est certainement une question de public, le livre s'adresse aux adultes, la fin est plus donc plus terre à terre, plus amère. Je me souviens avoir tout de même aimer l'adaptation, mais différemment peut-être...
    As-tu lu d'autres de ces livres ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je suis entièrement d'accord avec toi!

      Par contre, non je n'ai pas lu ses autres livres, mais ça me tente bien! Tu en as lu d'autres toi?

      Supprimer
    2. À part son dernier roman, je les ai tous lu ! J'adore ses écrits... Je peux te conseiller particulièrement Le plus petit baiser jamais recensé et Maintenant qu'il fait tout le temps nuit sur toi :)

      Supprimer
    3. D'accord, merci! J'irais jeter un coup d’œil dans ce cas là :)

      Supprimer

Instagram