Ces amours qui vous font grandir

https://images-na.ssl-images-amazon.com/images/I/510JV2VZ63L.jpg
©points (clique sur l'image pour voir la couverture en entier)



 Titre : Lizka et ses hommes
 Auteur : Alexandre Ikonnikov
Édition : Points
Nombre de pages : 192 pages
Parution : Septembre 2005
ISBN : 9782020826129





À dix-sept ans, Lizka décide de vivre sa vie. Elle part à G., la ville voisine, s’inscrit à l’école d’infirmières, atterrit dans un foyer et doit travailler comme concierge dans un immeuble pour financer sa chambre. Excédée par un locataire qui jette ses ordures par la fenêtre, elle lui lance une cannette de bière et se retrouve en prison pour agression. Dans la cellule, elle tombe amoureuse de Micha, qui se révèle être un fieffé menteur, alcoolique et joueur. Lizka cherche le bonheur, elle rencontre des hommes : à Micha, succèdent Viktor, un fonctionnaire du parti, Arthur, qui l’épouse et la trompe, Max, qui a perdu son âme et sa jambe à la guerre, et Kostia, un poète qui aime regarder la télévision, et qui pourrait bien être le narrateur de ce roman picaresque. Les « hommes » de Lizka, mais aussi ses camarades, appréhendent leur destin avec un sens aigu de la fatalité – une fatalité joyeuse. « Mon thème, c’est l’humain, et la recherche du bonheur », dit Alexandre Ikonnikov qui fustige au passage le système politique et social de la Russie d’aujourd’hui, et pose un regard impitoyable sur le quotidien de sa province.

Здравствуйте ! Je vous retrouve aujourd'hui avec un petit roman russe qui m'a beaucoup plu et qui m'a vraiment donné envie d'en découvrir davantage sur cette littérature (ainsi que de reprendre mes études de russe, mais ça c'est une autre histoire). Mais pour aujourd'hui, concentrons-nous sur ce roman.

Lizka est une jeune femme qui vient d'un milieu assez difficile : son histoire familiale n'est pas très glorieuse, entre son père qui a disparu dès son plus jeune âge, sa mère qui se prostitue régulièrement pour subvenir à leurs besoins, et les rumeurs qui court à son sujet, elle ne tient plus. Par chance, une école d'infirmière dans la ville voisine accepte qu'elle vienne suivre les cours. C'est ainsi que, du haut de ses dix-sept ans, Lizka décide d'échapper à cet avenir peu attrayant et de partir vivre sa propre vie. 

Même si Lizka est un peu naïve au début, on n'arrive pas à lui en vouloir. Elle ne rêve que du bonheur et pour ça elle va faire trop vite confiance aux hommes qui la séduisent. Mais au fil du temps, elle va apprendre à ses dépens, se forger un caractère et tout faire pour vivre sa vie comme elle l'entend. Ce que j'ai particulièrement aimé, c'est qu'elle n'abandonne jamais. Bien qu'elle va vivre d'affreux moments, elle retombe toujours sur « ses pattes » et continue d'avancer quoi que cela lui en coûte. Elle reste fidèle à elle-même et à ses valeurs. 

Bien sûr, on ne peut pas parler de ce livre sans parler des hommes. On en rencontre différents types : des escrocs, des riches politiciens, des ouvriers, des blessés de guerre, des poètes, tant d'hommes si différents et pourtant si proches. Et c'est à travers ces hommes (et l'influence qu'ils auront sur la vie de Lizka) que l'auteur nous présente la Russie et son histoire, sa société, son gouvernement. Plongé dans ce milieu populaire, on y découvre les difficultés de la vie mais aussi les petits moments de bonheur, entre amour et amitié.

Dernier point que j'aimerais aborder est celui de la sexualité. Nous sommes dans les années 90 en Russie et pourtant, malgré les politiques que nous connaissons de ce pays, on voit apparaître une certaine libération sexuelle. Elle est présenté à plusieurs reprises dans le roman avec notamment l'évocation sans grands tabous de l'émancipation sexuelle des femmes, mais également de celle de l'homosexualité. C'est un aspect du livre que j'ai vraiment apprécié et qui contraste vraiment avec les préjugés que nous pouvons avoir sur ce pays.

En bref, un livre assez court, bien traduit, et qui vous donne à voir des êtres humains qui ont foi en leur destin et en la possibilité d'un monde meilleur.

Pauline, fondatrice de Mangeons les livres

Étudiante en Lettres/Communication/Cultures numériques, j'ai lancé ce blog en 2015 afin d'échanger avec vous sur mes lectures. Cela représente comme une sorte de compromis pour moi qui suis à la fois « geek » et rat de bibliothèque. Si vous souhaitez me contacter, vous pouvez m'envoyer un email à mangeonsleslivres@gmail.com, et/ou me rejoindre sur mes réseaux sociaux.

2 commentaires:

  1. Je connais peu et mal la littérature russe, il faudrait que je m'y essaye !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui moi aussi, j'en ai lu très peu mais à chaque fois cela m'a beaucoup plu!

      Supprimer

Instagram