Du Saskatchewan à la Nouvelle-Écosse : l'histoire de trois destins liés par le manque et les souvenirs

https://www.pocket.fr/wp-content/uploads/Catalogue/9782266250078.jpg
©Pocket (cliquez sur l'image pour voir la couverture en entier)



Titre : Etta et Otto (et Russell et James)
Auteur : Emma Hooper
Édition : Pocket
Nombre de pages : 352 pages
Parution : Octobre 2016
ISBN : 9782266250078




 
Parce qu’elle n’a jamais vu la mer de toute sa vie, Etta, 83 ans, quitte un beau jour sa ferme du Saskatchewan pour un long périple de 3 200 km. À pied. Parce qu’elle lui a pris son fusil (mais laissé ses recettes de cuisine), son mari Otto l’attendra comme il pourra. Avec ses souvenirs. Parce qu’il est amoureux d’Etta depuis toujours, Russell, leur voisin et ami, sautera dans sa camionnette à la recherche de la voyageuse. La mémoire s’enfuit, le passé refait surface : trois destins verront la mer.

Petit résumé, grand récit ! Cela faisait un peu plus d'un an que je voulais lire ce roman et je n'ai pas été déçue.

Dans cette histoire, nous retrouvons trois personnages que l'on va apprendre à connaître en deux temps. D'un côté, dans le présent, où Etta suit son périple dans les grandes plaines du Canada afin de voir la mer ; où son mari Otto l'attend sagement dans sa ferme, s'adonnant à différentes activités plus ou moins originales ; où Russell, grand ami du couple mais surtout amoureux d'Etta depuis le premier jour, tente lui aussi de réaliser ses rêves. Et puis de l'autre côté, le passé, l'enfance difficile des trois protagonistes, leur pseudo-adolescence, leur vie pendant la guerre, les batailles, les usines d'armements, la pauvreté, la disparition, la poussière.
 
Et puis il y a James aussi, un être fidèle, attentionné, à la fois allégorie du parfait compagnon de voyage mais surtout représentatif d'une certaine folie, d'un Alzheimer grandissant.

C'est un roman qui m'a beaucoup plu car j'aime beaucoup les récits de voyages, même lorsqu'il n'y a que peu d'actions. Rien que la description des paysages, des cultures, des styles de vie, cela suffit généralement à me transporter. Cependant, je peux comprendre que certains n'aient pas accroché à celui-ci car le style est assez spécial : c'est très discontinu, entrecoupé, l'auteur alterne régulièrement récit et lettres, le passé et le présent se mélangent sans arrêt, les points de vue changent souvent également sans que l'on en soit avertis. Il arrive même parfois qu'on ne sache plus qui parle ni quand. Mais justement, je trouve que c'est grâce à cela que nous pouvons nous immerger, pour ne pas dire nous perdre, complétement dans l'histoire.

Parce que oui, pour moi, la perte, l'abandon et le manque sont l'essence même de ce roman. Les personnages vont tour à tour perdre des proches, des parties de leur corps, des lieux, des objets, des sentiments, des souvenirs. Leurs mémoires leur font défaut, tout et tous se mélangent, s’imprègnent des différentes histoires de chacun et cela transparait clairement dans le style de l'auteur, dans la syntaxe et la mise en page du texte, dans le choix des mots.

C'est donc un roman qui touche à des sujets difficiles mais qui, je me dois de le préciser, reste empli de tendresse, de douceur, d'amour et d'amitié. Ce n'est pas un roman triste ou larmoyant. Même s'ils n'ont pas toujours eu la vie facile, même si leur choix les font souffrir, ils se relèvent toujours, à tout âge, et continuent à avancer, à repousser leurs limites. C'est une histoire en perpétuel mouvement, sur le temps qui passe, passe et ne s'arrête jamais... ou presque.

Pauline, fondatrice de Mangeons les livres

Étudiante en Lettres/Communication/Cultures numériques, j'ai lancé ce blog en 2015 afin d'échanger avec vous sur mes lectures. Cela représente comme une sorte de compromis pour moi qui suis à la fois « geek » et rat de bibliothèque. Si vous souhaitez me contacter, vous pouvez m'envoyer un email à mangeonsleslivres@gmail.com, et/ou me rejoindre sur mes réseaux sociaux.

2 commentaires:

  1. Je n'avais lu qu'un avis assez négatif sur ce livre, ton article me permet de revoir mes à priori !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que ça dépend vraiment des gens et de ce que tu attends d'un récit de voyage ! Moi je te le conseillerais vraiment en tout cas :)

      Supprimer

Instagram