La librairie de la place aux Herbes : le petit coin de paradis d'Uzès

©Eyrolles
(cliquez sur l'image pour voir la couverture en entier)


Titre : La libraire de la
place aux Herbes
Auteur : Eric de Kermel
Édition : Eyrolles
Nombre de pages : 224 pages
Parution : Février 2017
ISBN : 9782212566147



 

Résumé de l'éditeur :

La librairie de la place aux Herbes à Uzès est à vendre ! Nathalie saisit l'occasion de changer de vie et de réaliser son rêve. Devenue passeuse de livres, elle raconte les histoires de ses clients en même temps que la sienne et partage ses coups de cœur littéraires. Elle se fait tour à tour confidente, guide, médiatrice... De Cloé, la jeune fille qui prend son envol, à Bastien, parti à la recherche de son père, en passant par Tarik, le soldat rescapé que la guerre a meurtri, et tant d'autres encore, tous vont trouver des réponses à leurs questions. Laissez-vous emporter par ces histoires tendres, drôles ou tragiques qui souvent résonnent avec les nôtres. Quand les livres inspirent et aident à mieux vivre...

Mon avis :

Quel magnifique ouvrage ! Reçu dans le cadre de la masse critique de Babelio, je ne pouvais pas recevoir meilleur livre à cette période de l'année. Il s'agit là d'une bouffée de fraîcheur, d'un ouvrage empli d'humanité et d'optimisme que je conseille vraiment à tous.

C'est le genre de récit qu'on prend le temps de lire, petit à petit, chapitre par chapitre, avec grande attention. On y rencontre des personnages divers, jeunes ou plus âgés, grand lecteur ou n'ayant jamais mis les pieds dans une librairie, avec leurs joies, leurs peines et leurs problèmes. Leur point commun ? Ils vont tous faire la rencontre de Nathalie, la libraire de la place aux Herbes, qui tient un rôle central dans cette histoire. C'est elle qui va permettre à chacun de se découvrir à travers les livres, y compris nous lecteur.

Prendre le temps de lire n'est pas seulement tourner page après page, mais prendre le temps des mots. Le temps de s'arrêter, de mâcher les mots comme l'herbe folle que l'on ramasse en balade et que l'on porte à la bouche.

Le style d'Eric de Kermel est simple et beau à la fois. On y retrouve un certaine poésie qui nous transporte. On se voit, comme Arthur, Jacques ou Leïla, dans cette librairie, à parcourir les rayonnages en compagnie de Nathalie. On écoute ses conseils, on veut lire à notre tour chaque livre qu'elle cite dans ce récit. D'ailleurs, ce livre m'a fait réaliser à quel point un livre que j'ai lu l'année dernière m'avait marqué : Le Rivage des Syrtes de Julien Gracq. Sur le coup, je n'avais pas compris la grandeur et la portée de ce livre. Maintenant, oui, et je ne peux que remercier Nathalie (et Eric de Kermel !).

Tout a commencé quand j'ai lu - Le Rivage des Syrtes - de Gracq. J'ai découvert que les mots n'étaient pas des outils parasites de la pensée des hommes. Qu'ils étaient plus que le lierre accroché à l'arbre, ils étaient l'arbre.

Il est vrai que l'on y trouve parfois certaines longueurs, que certains détails ne sont pas forcément toujours très utiles, mais j'ai bien aimé qu'au-delà des rencontres entre Nathalie et ses clients, il y ait aussi une part de réflexion, que l'on découvre le point de vue de Nathalie sur sa vie, ses expériences, ses relations, mais également sur sa vision du monde en général. À travers ces dix belles rencontres, elle analyse et remet en question des thèmes tel que la famille, la guerre, la maladie, la religion, le couple, l'écologie, l'éducation (et j'en passe !) nous permettant à nous également de réfléchir à ces sujets.

Enfin, c'est le genre de livre qui prouve une fois de plus que le métier de libraire indépendant est important et vital pour notre société. Ce sont de merveilleux passeurs de livres qui vous feront découvrir des pépites du monde littéraire. C'est un endroit vivant, chaleureux, où l'on est avant tout vu comme un humain et non un client.

Qu'est-ce qu'une librairie ? Bien plus, bien autre chose qu'une série d'étagères où se morfondent des ouvrages. C'est un lieu. Un lieu de lumière et de chaleur. Un lieu de partage et de confidences. Une géographie de fraternités. Un lieu qui lie. Voilà pourquoi ce conte est d'abord un récit un récit de gratitude.  (Erik Orsenna, préface)

Pauline, fondatrice de Mangeons les livres

Étudiante en Lettres et Communication digitale, j'ai lancé ce blog en 2015 afin d'échanger avec vous sur mes lectures, mais aussi pour garder une trace de toutes ces histoires qui me passent entre les mains. Si vous souhaitez me contacter, vous pouvez m'envoyer un email à mangeonsleslivres@gmail.com, et/ou me rejoindre sur mes réseaux sociaux.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Instagram