#Féminibooks « Pour que la honte change de camp »

http://www.bdangouleme.com/medias/2014/photos/2EXPO_EN_CHEMIN-(c)-Emmanuel-Lepage-Des-ronds-dans-lo-.jpg
©Des ronds dans l'O
(cliquez sur l'image pour voir la couverture en entier)


  Titre : En chemin elle rencontre... 
Les artistes se mobilisent 
contre la violence faite aux femmes
Auteur : Collectif d'auteurs
Édition : Des ronds dans l'O
Nombre de pages : 98 pages
Parution : Septembre 2009
ISBN : 9782917237069



Résumé de l'éditeur :

En France, une femme meurt tous les 2 jours et demi sous les coups de son conjoint, environ 70 000 adolescentes de dix à dix-huit ans sont menacées d'être mariées de force, entre 55 000 et 65 000 fillettes ou femmes sont mutilées ou menacées de l'être. Chaque année dans le monde, 5 000 femmes sont tuées au nom de l'honneur, des centaines de milliers de femmes sont victimes de la traite en vue de la prostitution... Pour que les femmes osent parler, pour briser le silence, pour une prise de conscience et de responsabilité, les artistes, femmes et hommes, se mobilisent pour la défense du droit humain. L'ouvrage bénéficie du soutien d'Amnesty International. 

Avant-propos : 

Cet article s'inscrit dans le cadre du projet #Féminibooks, qui a vu le jour en début d'année grâce à Opalyne. Si les deux premières sessions de mars et juin n'ont été ouvertes qu'aux youtubeurs, cette fois-ci les blogueurs sont de la partie ! Mais de quoi s'agit-il exactement ? Eh bien, le principe du projet #Féminibooks est de présenter, tout au long du mois, des ouvrages traitant du féminisme dans différentes vidéos et articles afin de permettre à de potentiels lecteurs de s’ouvrir à ce thème. Féministe jusqu'au bout des ongles, je n'ai bien entendu pas su résister à l'envie de participer à ce merveilleux projet. 

Mon avis :

En chemin elle rencontre... Ce titre me laissait perplexe. Je ne comprenais pas vraiment ce qu'il évoquait, quel rapport il entretenait avec le sujet. Après ma lecture et quelques recherches, j'ai finalement compris. Ce titre est en réalité le début d'une chanson paillarde française, Jeanneton prend sa faucille, qui chante l'histoire d'un viol collectif sur une jeune femme. Un titre évocateur qui annonce tristement la couleur de ce livre.

Réalisée par un collectif d'auteurs et d'artistes, cette bande dessinée présente différentes histoires dont le point commun est la violence faite aux femmes. Des violences conjugales, à l'excision, en passant par le viol (dont la culture du viol), la prostitution forcée, le crime d'honneur, la lapidation, le machisme, ou encore le harcèlement sexuel, le but de cet ouvrage est de dénoncer ces violences, mais surtout de faire prendre conscience aux lecteurs que ces problèmes existent toujours et qu'il est temps de faire quelque chose. On ne peut plus tolérer que le fait d'être une femme soit une raison valable pour subir ces atrocités.

Cet ouvrage ne se veut donc pas pessimiste, il commence d'ailleurs avec une mise en valeur de la déclaration des droits de la femme et de la citoyenne d'Olympe de Gouges. Non, l'idée est plutôt, à travers cette réalité affligeante, non pas de simplement dénoncer mais surtout d'informer pour que « la honte change de camp », comme le dit si bien Marie Moinard (éditrice de cette bande dessinée) dans la préface.

La violence faite aux femmes, si elle ne débouche pas fatalement sur des actes, commence toujours par les mots, des mots qui semble-t-il, et c'est bien le problème, ne sont pas si graves que ça...

Chaque page a son intérêt et son utilité. La force de cet ouvrage réside d'ailleurs dans la diversité de son contenu : dessins, chiffres, lois, constats, récits, témoignages, poème... Différents styles qui donnent vie à chaque histoire, chacune touchante et poignante de part son honnêteté et sa sincérité.

Personnellement, j'ai été particulièrement touchée par les différents témoignages et prises de paroles de Marie Moinard, qui en plus d'être l'éditrice de cet ouvrage, a réalisé plusieurs scénarios. Le récit d'Awa sur l'excision m'a coupé le souffle, de même que son propre témoignage à la fin de la bande dessinée. Après ce qu'elle a vécu, on ne peut que lui faire confiance pour mener ce type de projet, et l'en féliciter car c'est une réussite.

Pour NOUS la soumission ! Et pour EUX le plaisir ! Et bien on va leur dire ce qu'on en pense, NOUS ! Nous sommes des FEMMES. Des PERSONNES ! ET DES FEMMES ENTIÈRES ! 

Un autre récit m'a également touché et c'est celui sur le harcèlement sexuel au travail d'Isabelle Bauthian et Rebecca Morse. Un comportement encore bien trop présent de nos jours, comme en témoigne l'affaire Weinstein et tant d'autres. En lisant ce livre, je n'ai donc pas pu m'empêcher de penser à toutes ces femmes victimes d'agresseurs de ce genre, de penser aux mouvements #MeToo et #Balancetonporc qui montrent que même 8 ans après la parution de ce livre, rien n'a changé dans notre société. Ce n'est plus tolérable !

Alors continuons s'il vous plaît, à travers ces hashtags, à travers des ouvrages comme cette bande dessinée, à travers des projets tels que le #Féminibooks, de lutter et de dénoncer pour mettre fin à cette violence injuste et infondée. Pour clore cet article, je citerai à nouveau Marie Moinard :

Seul l'agresseur doit être jugé et condamné. Parce qu'être une femme ne doit pas être la raison qui justifie que l'on subisse des violences, parce que le monde doit prendre ses responsabilités à commencer par prendre conscience, parce que l'avenir ne peut pas appartenir à la violence et encore moins à celle des lâches s'en prenant à plus faibles qu'eux.

Une dernière chose : suite à cette bande dessinée, deux autres ouvrages ont vu le jour. J'ai pu lire le deuxième volume, En chemin elle rencontre... Les artistes se mobilisent pour le respect des droits des femmes, qui, basé sur le même principe, continue à libérer la parole sur ces sujets trop longtemps restés tabous, tout en en abordant de nouveaux : l'IVG, le viol correctif ou thérapeutique, l'inceste, les violences psychologiques... Tout aussi intéressant que le premier, je ne saurais que vous le conseiller. Il existe également un troisième volume, que malheureusement je n'ai pas pu me procurer, qui aborde lui l'égalité femme-homme. Mais au vu de ces deux ouvrages, je vais tout faire pour l'obtenir !

En savoir plus sur le #Féminibooks

Si le projet vous intéresse, je vous invite à consulter les comptes Facebook et Twitter du #Féminibooks ainsi que la chaîne d'Opalyne qui organise ce magnifique projet

En ce qui concerne les autres participants, hier, Emma nous parlait de Retour à Bombay de Kavita Daswani sur sa chaîne Un coin de bonheur et le blog Smells like Rock abordait le Fight Club féministe de Jessica Bennett. 

Aujourd'hui, la chaîne de Cartouches nous présente Sunstone de Stjepan Sejic.

Et demain cela sera au tour de Mx Cordélia avec Adolescences lesbiennes, de l’invisibilité à la reconnaissance de Christelle Lebreton et World of Cléophis avec Libérées : le combat féministe se gagne devant le panier de linge sale de Titiou Lecoq.

Sinon vous pouvez toujours aller voir ce qu'il s'est fait et dit depuis le 1er novembre : il y a tant de livres à découvrir !

Pauline, fondatrice de Mangeons les livres

Étudiante en Lettres et Communication digitale, j'ai lancé ce blog en 2015 afin d'échanger avec vous sur mes lectures, mais aussi pour garder une trace de toutes ces histoires qui me passent entre les mains. Si vous souhaitez me contacter, vous pouvez m'envoyer un email à mangeonsleslivres@gmail.com, et/ou me rejoindre sur mes réseaux sociaux.

2 commentaires:

  1. Oui...
    Le thème du viol collectif est présent dans beaucoup de chansons d notre joli patrimoine culturel... il est tant que l'on arrête notamment de les chanter en colonie de vacances.

    Merci pour la découverte de cette suite d'ouvrages. Je ne manquerai pas de les lire si je les croise !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est vraiment affreux, c'est ancré dans notre société... Mais cela va changer, j'ai vraiment l'espoir que ça change !

      En tout cas je te les conseille vivement :)

      Supprimer

Instagram